Gsm : +32 (0) 498 / 902 822 - Tél : +32 (0) 61 / 611 467
fr   en   nl   

Redouté et la Rosomanie

C'est à une exposition consacrée aux célèbres Roses de Pierre-Joseph Redouté que vous convient la Ville de Saint-Hubert, le Musée Pierre-Joseph Redouté et le Master en Gestion culturelle de l'ULB.

Peintre à Paris de 1782 à 1840, Redouté a, pendant plus de cinquante ans, mis son art au service de la botanique. L'artiste reproduit avec talent et précision non seulement la flore européenne, mais également les spécimens végétaux rapportés des mers du Sud ou des Amériques par les expéditions scientifiques qui sillonnent les mers du globe aux 18e et 19e siècles.

Parmi ces plantes figurent les roses, dont l'acclimatation au Jardin du Roi - ensuite Jardin des Plantes du Muséum d'Histoire naturelle -, puis au Domaine de Malmaison, notamment, suscite un engouement bientôt qualifié de "rosomanie".

Animés d'une frénésie botanique, nombreux sont ceux, éclairés comme amateurs, qui achètent, échangent, plantent, greffent, sectionnent et bouturent, dans la région parisienne et ailleurs.
En ce début de XIXe siècle, les variétés de roses ne sont en effet pas pléthore. Les rosomanes s'efforcent donc de créer de nouvelles: ce sont les roses "anciennes", comme les "galliques" (Rosa gallica) ou les "cent feuilles" (Rosa centifolia).

Infatigable, Redouté visite de multiples roseraies, au rang desquelles celles de Vilmorin (Paris), de Descemet (Saint-Denis), de Godefroy (Ville d'Avray) et de Du Pont (Paris).
Redouté reproduit minutieusement chacune des roses qu'il découvre. Seuls ses ouvrages permettent aujourd'hui de contempler les roses anciennes, dont beaucoup sont malheureusement perdues.
Parmi ces ouvrages, il va sans dire que les Roses (1817-1824) occupent une place de choix.

Une fois les premières livraisons des Roses disponibles, la frénésie rosomaniaque gagne aussitôt les beaux-arts et les arts décoratifs: les motifs de roses prolifèrent tant dans les textiles que sur les porcelaines ou dans le mobilier.